De l'attache des chevaux à la fécondation des femmes en passant par la cuisine. Quelques pistes pour l'exploration des notions altaïques de chaud et de froid

Type de publication  Journal Article
Auteur(s)  Ferret, C.
Titre de la revue  Études rurales
Volume  171-172
Année  2004
Pages  243-270
Résumé  

En étudiant les techniques équestres des peuples turcophones de Sibérie et d’Asie centrale, j’ai été intriguée par un fait particulier. Il s’agit de l’obligation d’attacher les chevaux après le travail, les privant de nourriture et d’abreuvement pendant plusieurs heures ou même des journées entières. Cette habitude, qui ne laissait pas de surprendre les observateurs russes du xixe siècle, est répandue de la Iakoutie au Turkménistan, et tous les éleveurs de cette zone respectent ce principe bien que les races de chevaux et leurs usages diffèrent fortement.
Comment expliquer ce caractère général et impératif de l’attache, et que peut-elle nous apprendre sur la perception altaïque du monde ? Tentons de résoudre cette énigme en faisant leur part à l’idéel et au matériel tout en reconnaissant leur étroite imbrication.

URL  http://www.cairn.info/revue-etudes-rurales-2004-3-page-243.htm
Commentaire  

En ligne