Des chevaux pour l'empire

Type de publication  Journal Article
Auteur(s)  Ferret, C.
Titre de la revue  Cahiers d'Asie centrale
Volume  17-18
Année  2009
Pages  211-253
Résumé  

L’article examine un aspect méconnu de la colonisation russe en Asie centrale, aspect qui peut paraître mineur, mais pourtant révélateur des rapports entre métropole et colonie. Il s’agit de l’utilisation éventuelle de chevaux centrasiatiques dans l’armée impériale. Au cours du XIXe siècle, la presse russe spécialisée (journaux militaires et journaux d’élevage équin) se fait abondamment l’écho d’un débat sur cette question, fondé sur l’espoir d’exploiter utilement les territoires conquis. Ainsi se forge une image du cheval des steppes et du cheval du désert. Ces jugements de valeur portent avant tout sur la qualité des montures, les possibilités d’« amélioration » des races, mais aussi sur les particularités de l’équitation locale. Outre ces représentations, des emprunts ont effectivement lieu, dans le domaine des méthodes d’élevage et des techniques équestres. Leur réciprocité fournit un bel exemple de la complexité des liens entre colons et colonisés.

This paper aims to examine a little known aspect of the Russian colonization of Central Asia: the possible use of Central Asian horses in the Imperial Army. It may appear to be a minor question, but it nevertheless reveals relationships between the Russian Empire and its colony. From this point of view, the Russian situation in Central Asia may be compared to the French situation in Northern Africa. In the nineteenth century, this question was much discussed in specialized Russian press (military and horse breeding journals), based on the hope that the conquered territories could be usefully exploited. These papers define the steppe horse and the desert horse. They express value judgments about the quality of local breeds, their possible amelioration, but also about the peculiarities of indigenous horse riding. In fact, some techniques are borrowed from the fields of husbandry and horse-riding. The reciprocity of these borrowings shows the complexity of the links between colonizers and colonized peoples.

URL  http://asiecentrale.revues.org/index1206.html
Commentaire  

En ligne