Alphabet iakoute et translittération

Nouveau rituel dans la région de Niourba (copyright Vladimir Stepanov)
 
 Proposition de translittération du iakoute (Emilie Maj, thèse 2007)
 
 
 
А : a
З : z
θ : ö
Ц : c
Б : b
И : i
П : p
Ч : č
В : v
Й : j
Р : r
Ш : š
Г : g
К : k
С : s
Щ : ŝ
5 : ğ
Л : l
h : h
Ъ : ''
Д : d
М : m
Т : t
Ы : y
ДЬ : d'
Н : n
У : u
Ь : ‘
Е : e
НГ : ŋ
Υ : ü
Э : e (iak) ou ê (rus)
Ё : ë
НЬ : n’
Ф : f
Ю : û
Ж : ž
О : o
Х : x
Я : â
 
Notes :

Il est toujours difficile d’adopter l’un ou l’autre système de translittération. L’opération s’est opérée de manière d’autant plus périlleuse que deux langues sont utilisées dans ce travail.

 

Après avoir utilisé la translittération utilisée sera celle de type GOST (« Gosstandart Rossii », système proposé par les autorités de l'URSS et approuvé par le « United Nations Group of Expers on Geographical Names » en 1986), j’ai finalement opté pour la norme ISO 9 : 1995 (qui correspond en grande partie à GOST 1983, servant de modèle dans Die Musik in Geschichte und Gegenwart, 2e éd., et donnée entre parenthèses dans le cas de formes ISO utilisant des lettres avec un accent circonflexe). J’ai en effet décidé de choisir un système qui ne porte pas à confusion car répondant au principe une lettre translittérée par une autre lettre.

 
En effet l’utilisation d’une transcription « ju » pour la lettre russe « Ю » pouvait prêter à confusion avec le iakoute : ойуун ne peut se translittérer sans erreur par oûun (qui correspondrait à oюн, mot qui n’existe pas) mais doit se transcrire par ojuun. Il en est de même pour la translittération « ja ». J’ai donc préféré le système ISO 9 à la norme de translittération GOST, pourtant plus agréable à la lecture.
 

Je suis cependant contrainte d’insérer deux variantes au système ISO 9. Il s’agit premièrement du « x » que le système note généralement « h », ce qui ne permet pas de faire une distinction avec le iakoute. Ainsi « h » iakoute sera noté donc « h » et les « x » russe et iakoute notés « x ». En, effet, les deux lettres existant en iakoute (alors que le russe ne comporte pas de « h »), il pourrait y avoir confusion. Deuxièmement, la lettre « э » aura deux variantes en fonction de ce que le mot est russe ou iakoute. Peu usitée en russe (surtout dans les mots étrangers), elle sera translittérée par un « ê » tandis que le « e » sera noté « e ». En iakoute, en revanche, le « e » n’existant pas, nous transcrirons tous les « э » par « e »

 

Pour éviter toute confusion entre les deux langues, les mots iakoutes seront simplement notés en italique, tandis que les mots russes seront précédés des lettres « rus : …».

Pour la traduction du terme saxa, je choisis pour ce travail la transcription française ‘iakoute’ et non la transcription à moitié anglaise ‘yakoute’, qui ont toutes les deux leur place dans le Larousse.

 
Les mots translittérés resteront invariables alors que ceux qui sont transcrits s’accorderont.