Techniques iakoutes aux confins de la civilisation altaïque du cheval. Contribution à une anthropologie de l'action.

Type de publication  Thesis
Auteur(s)  Ferret, C.
Type de mémoire  Thèse de doctorat
Auteur(s) translittéré  
Date  

le 8 juin 2006

Année  2006
Université  EHESS
Ville  Paris
Nombre de pages  1239 pages
Description  

3 volumes, 1239 p., ill. (462 photographies, 163 dessins, 69 tableaux, 26 cartes, 15 graphiques), annexes, glossaires, liste des ethnies, liste des informateurs, biblio : 1175-1224

Directeur  

J.- P. Digard, directeur de recherche au CNRS

Jury  

P. Descola, professeur au Collège de France ; J.- P. Digard, directeur de recherche au CNRS (directeur de thèse) ; R. Hamayon, directeur d’études à l’EPHE (président du jury) ; C. Poujol, professeur à l’INALCO ; F. Sigaut, directeur d’études à l’EHESS.

Mots-clés  Animal; anthropologie de l’action; Asie centrale; cheval; dressage; élevage; équitation; technique; pastoralisme; Sakha (Iakoutie); Sibérie
Résumé  

Carole FERRET, Techniques iakoutes aux confins de la civilisation altaïque du cheval. Contribution à une anthropologie de l’action. Thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, EHESS, Paris, 2006, 3 volumes, 1239 p., ill., biblio : 1175-1224. La thèse dresse le tableau d’une civilisation du cheval, inventée par les peuples pasteurs turco-mongols d’Asie intérieure, présentée à partir de sa périphérie, la Iakoutie, et se focalisant sur ses aspects techniques. Après une étude macroscopique du cheptel et une histoire de la race iakoute, sont passées en revue toutes les actions de production du cheval, dans le domaine de la reproduction, du nourrissage, des soins, du contrôle (identification, gardiennage), du dressage (débourrage, entraînement), du prélèvement (traite, coupe des crins, abattage), puis ses formes variées de consommation, l’animal fournissant à l’homme des produits corporels, de l’énergie et des signes (comme indice de richesse, objet de sacrifice et motif). L’analyse se nourrit d’une réflexion théorique sur l’action et fonde une typologie des modes d’agir systématiquement appliquée à toutes les techniques décrites et permettant d’établir des correspondances entre traitement de la nature et traitement d’autrui.