L'invention des morts. Sépultures, fantômes et photographie en Mongolie contemporaine

Type de publication  Book
Auteur(s)  Delaplace, G.
Lieu de publication  Paris
Année  2008
Maison d'édition  Centre d'Études Mongoles et Sibériennes, École Pratique des Hautes Études
Volume  Nord-Asie
Numéro du volume dans la série  1
Nombre de pages  374
Résumé  

Ce travail traite des relations que les Mongols entretiennent au quotidien avec leurs morts à l’époque contemporaine. Présentant les résultats d’une enquête menée auprès d’un groupe de pasteurs nomades dörvöd du Nord-ouest du pays (province de l’Uvs) et à Ulaanbaatar, l’auteur propose d’envisager les sépultures, les récits de rencontre avec des fantômes, et les usages entourant les portraits de parents défunts comme trois types de procédés par lesquels les morts sont imaginés et sollicités en diverses occasions de la vie sociale. S’il est question ici de « l’invention » des morts, plus que de la « mémoire » ou de la « place » des morts, c’est au sens ou Michel de Certeau a parlé de « l’invention du quotidien » (1980). L’enjeu de cette thèse est en effet de montrer qu’à l’instar des « arts de faire » (ibid.) décrits par ce dernier, les différents usages par lesquels les Mongols entretiennent des relations avec leurs défunts sont, d’une part, inscrits dans l’exercice quotidien des activités sociales et économiques, et d’autre part ne cessent de contourner et d’accommoder les structures politiques imposées par l’État et le clergé. L’étude des sépultures, des fantômes et de la photographie conduira ainsi à explorer les multiples procédés et petites trouvailles tactiques par lesquels les Mongols inventent leurs morts comme les partenaires de relations qui, tout en s’insérant dans les cadres institutionnels mis en place par les pouvoirs religieux et séculiers, les subvertissent quotidiennement.

URL  www.gregorydelaplace.com/texts/
Commentaire  

Commandez le livre: http://www.base-juniper.org/?q=node/1446

Compte-rendu paru dans Asian Ethnology